Tourisme, événementiel, transports… Le blues du voyage d’affaires amplifié par la crise due au Covid-19

Devant le Palais des congrès de la porte Maillot, à Paris, des files de taxis à l’arrêt, dans l’attente désespérée d’un client qui ne viendra pas. Le hall du Hyatt Regency, l’hôtel 4-étoiles qui jouxte le Palais, reste désert. Pandémie de Covid-19 oblige, tous les événements, salons et congrès ont été annulés. Faute de pouvoir se déplacer, les voyageurs d’affaires demeurent aux abonnés absents.

Une année noire pour la capitale, régulièrement distinguée dans les classements internationaux comme la première destination de congrès du monde. « C’est la débandade »,…



id, odio commodo dolor ut libero dictum suscipit nunc facilisis elementum