Sébastien Lecornu : un CV plein de trous normands

Or le PNF enquête également sur d’éventuelles «omissions» dans les déclarations d’intérêts déposées par le ministre à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) – un délit puni de trois ans de prison et 45 000 euros d’amende. A ce rythme judiciaire, Lecornu pourrait bien rattraper Nicolas Sarkozy, dont cet ancien membre de Les Républicains est l’un des fidèles.

L’examen de ses déclarations d’intérêts, qu’il a remises comme quelque 15 000 responsables publics sont tenus de le faire depuis la loi de 2013, et dans lesquelles Libération…



sem, libero libero fringilla Donec ante. venenatis, felis