Multisol à Rouen : pourquoi Atmo s’est orienté vers des odeurs de feux de cheminée

Par

Les pics de pollution observés correspondaient aux heures d’allumage des cheminées. L’évolution des signalements sur Odo s’est fait en parallèle [Leur nombre a réellement augmenté dans la soirée du 1er janvier, et ils ont atteint leur pic dans la matinée du 2 janvier, Ndlr]. On a lancé l’alerte. Le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) n’avait pas de feu, la préfecture n’avait pas d’incident en cours. On a donc privilégié cette explication des feux de cheminée et du pic de pollution saisonnier. Dès le départ, on n’a pas fermé la possibilité d’autres…



amet, tristique neque. venenatis leo. id, sem,