L’Arctique doit-il vraiment être la nouvelle autoroute de la mer ?

Le réchauffement climatique occasionne une fonte progressive des glaces aux pôles. Ce dérèglement engendre également en été, des périodes de fonte saisonnière de plus en plus importantes qui découvrent l’océan de ses glaces.

Ainsi pendant près de quatre mois par an des navires, parfois escortés de brise-glace peuvent se croiser sur les mers de l’Arctique. Aujourd’hui ce flux reste bien marginal comparé aux trafics enregistrés sur les



efficitur. Lorem risus. ultricies id amet, mattis dictum commodo Aenean venenatis,