Artificialisation des sols : la Cour des comptes rappelle l’urgence d’une “véritable politique foncière agricole”

Faisant le constat d’une poursuite de l’artificialisation des sols au détriment de l’agriculture, la Cour reprend des chiffres et des explications connus : 596.000 hectares en dix ans concernés par le phénomène, dû principalement à l’étalement urbain couplé au développement des transports et des infrastructures, et à un prix du foncier agricole comparativement plus faible en France que dans d’autres pays européens. Inégalement répartie sur le territoire, l’artificialisation est particulièrement préjudiciable à l’agriculture périurbaine, à un moment où les filières de proximité sont très…



ut nunc sem, venenatis libero. vulputate, non vel, tempus dolor. elementum nec