Bienvenue ! Ce portail documentaire propose des ressources en ligne sur l’urbanisme. Vous pouvez accéder à la ressource en cliquant sur “Lire ce document”. Nous ne sommes pas responsables du contenu de ces documents ni de leur disponibilité.
Pour toutes questions, n’hésitez pas à nous contacter.

Le covoiturage pour les déplacements domicile-travail : quel potentiel ?

Résumé d’auteur – Le développement des nouvelles mobilités, comme le vélo mais aussi l’autopartage et le covoiturage, constitue l’une
des réponses possibles à la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation de carburants
fossiles dans le secteur des transports. Toutefois, il est encore difficile d’en mesurer l’ampleur, le potentiel de
développement et la pérennité. Ainsi, l’automobile – souvent utilisée en « solo » pour les transports du quotidien –
reste le mode de transport privilégié.
Cette étude s’intéresse en particulier à l’une de ces nouvelles formes de mobilité : le covoiturage, qui repose sur la
mutualisation des déplacements en véhicule particulier. Il s’agit d’en évaluer les potentialités de développement
pour la mobilité régulière entre le domicile et le lieu de travail et d’apporter un éclairage sur la réduction possible du
nombre de véhicules en circulation et sur la réduction de la consommation de carburants et des émissions de dioxyde
de carbone (CO2) qui en découleraient.
Concrètement, la mobilisation de plusieurs sources de données, dont les principales sont l’Enquête Nationale
Transports et Déplacements de 2008 et le Recensement de la population de 2010, permet d’identifier la localisation
des déplacements domicile-travail et de caractériser les comportements en termes d’horaires de départ et retour au
domicile. La réduction potentielle des véhicules en circulation est alors inférée à partir de l’analyse des déplacements
existants, pour plusieurs types de territoires et cas de figure. L’étude conclut à un potentiel de réduction (si on
suppose un taux d’occupation maximum de 2 personnes par véhicule) des véhicules en circulation de 2 % en zones
rurales et de 16 % dans les zones urbaines les plus denses, lors d’un jour ouvré moyen. Il en résulterait une
diminution de la consommation de carburants et d’émissions de CO2 de 4 % lors d’un jour ouvré moyen. Cette
réduction est portée à 6,6 % si on suppose que les personnes voyagent à 4 par véhicule.

Gestion

Type : bibliographie

Créée le : 27/06/2014

Cote : NUM1759

ipsum consectetur libero id, ipsum Curabitur non ante. commodo Donec at