Favoriser la mobilité douce en aménageant les parcours

Résumé d’éditeur : Dans une optique de développement durable, les grandes villes cherchent à limiter le recours aux transports individuels motorisés, notamment les voitures, au profit de modes « actifs » : marche et vélo. Depuis le début des années 2000, elles multiplient les initiatives pour encourager ces modes de transport et limiter l’impact des déplacements sur l’environnement : stations de location de vélo en libre-service, aménagement de voies cyclables, densification du réseau de transports en commun, aménagement de parkings à l’entrée des villes…À l’image de leurs voisins européens, les Français privilégient la voiture pour leurs déplacements quotidiens, mais le vélo et la marche semblent se développer, notamment dans les grandes villes. À la demande de l’a’urba, l’agence d’urbanisme Bordeaux métropole Aquitaine, le CRÉDOC a étudié les modes de déplacements des Français, plus particulièrement les arbitrages opérés dans leurs trajets quotidiens et les facteurs qui les inciteraient à se déplacer plus souvent à pied ou à vélo.En 2017, un Français sur cinq opte au quotidien pour la marche ou la bicyclette, que ce soit dans un souci de bien-être, pour diminuer la part des transports dans son budget, ouen limiter l’impact sur l’environnement. Une proportion qui pourrait encore croître : parmi les automobilistes et les usagers des transports en commun, un sur deux serait prêt àopter pour la marche ou la bicyclette si les parcours étaient aménagés afin de les rendre plus agréables ou animés.

NB: http://www.credoc.fr/publications/abstract.php?ref=CMV294
Gestion

Type : bibliographie

Créée le : 05/10/2017

Cote : NUM2737