Aires urbaines 2010 : quelle dynamique en Haute-Normandie ?

L'INSEE a actualisé la délimitation en aires urbaines du territoire français. Ce zonage permet d’étudier les territoires d'influence des agglomérations, sous l’angle des échanges réguliers que constituent les migrations domicile-travail. Cette approche fonctionnelle complète la délimitation en unités urbaines, qui se réfère quant à elle à la continuité du bâti. Ces deux zonages d’études donnent par conséquent des lectures distinctes, mais complémentaires, de la structuration du territoire français et de l’extension des agglomérations. Ce premier numéro de l'Infolio, nouvelle publication périodique de l'agence d'urbanisme, fait le constat d'une extension des aires urbaines haut-normandes depuis la première délimitation sur la base du recensement de 1990, conformément à la tendance française. La Région confirme sa position de territoire fortement urbanisé puisqu'elle se place en cinquième position pour la part de population résidant dans une aire urbaine. La dynamique régionale est alimentée par des évolutions contrastées : alors que les aires urbaines de Dieppe, Eu, Le Havre et Vernon ont stagné ou perdu de la population, celles de Rouen, Lillebonne, Pont-Audemer, Evreux et Louviers ont connu une croissance marquée, sous l’effet combiné d’une densification de leur pôle et d’une extension de leur territoire. Rouen est désormais la 12e aire urbaine de France et se place parmi celles ayant une forte croissance, principalement sous l'effet de l'extension de son territoire.
Fichier Télécharger le fichier - (Taille: 2.19 Mo)
Gestion

Type : bibliographie

Créée le : 02/02/2012

Cote : AUR748

leo at leo. velit, ipsum dictum id, neque. Curabitur